Départ à la retraite

L'histoire de Ginette*

Résumé de la situation de départ

Ginette* a du mal à accueillir cette prochaine étape avec sérénité,. Elle ne se sent aucunement prête à quitter son emploi et partir à la retraite. Elle s’est toujours identifiée à son travail et ce, peu importe ses fonctions au fil des ans. Ginette a débuté dans la vente de confiserie à l’âge de 16 ans pour gravir les échelons jusqu’à la gérance.

En moins de 4 ans, elle avait des employés à sa charge et devait s’occuper de tâches administratives. Elle a ensuite effectué un retour aux études en comptabilité tout en occupant différents postes dans la vente et assumant son rôle de mère monoparentale. Au final, elle regarde son parcours professionnel avec satisfaction ayant eu de nombreux emplois.

Elle ne croyait pas avoir autant de mal à envisager la retraite étant donné tout le temps passé au travail, l’énergie investie et la satisfaction éprouvée; elle croyait qu’elle se retirerait joyeusement du marché du travail. Toutefois, elle se rend compte qu’elle n’a pas d’autres intérêts, ni loisirs, ni relations significatives et tout ce bilan la confronte à de grands questionnements sur la suite des choses.

Elle me dit avoir peur d’être inutile, elle craint de ne pas se sentir « vivante » et se demande comment elle occupera son temps. Étant célibataire depuis longtemps, lors de sa première visite elle me confie que, depuis la cinquantaine, elle craint de vieillir seule.

Qui partagera son temps avec elle?  Comment fera-t-elle si elle tombe malade ou si elle vit des difficultés financières? Qui se souciera d’elle si elle ne rentre pas le soir?

Approche proposée

J’ai accueilli Ginette avec empathie et j’ai pris soin de normaliser ce qu’elle ressentait. Comme dans toutes les nouvelles demandes de soutien, j’ai procédé à son évaluation du fonctionnement social pour comprendre le contexte (identification, demande, situation actuelle, besoins, caractéristiques de Mme et de son environnement, opinion clinique et recommandations).

Déroulement des interventions

Nous avons discuté des objectifs à atteindre et de ses attentes face à mes services. Je lui ai fait part de ma manière de fonctionner, des outils que je souhaite utiliser et je lui ai parlé des approches sur lesquelles je m’appuie dans mes interventions.

Ensemble, nous avons convenu du plan de match et c’est à partir de cela que nous avons établi les bases de notre collaboration. Nous avons déposé ses réflexions au sein d’une ambiance favorable pour revoir ses perceptions, transformer ses distorsions avec objectivité et formuler des conclusions plus douces.

Grâce à son ouverture, sa curiosité et sa mobilisation, Ginette a fait de grands pas dans l’appropriation de cette nouvelle étape. Elle m’a récemment contactée, en direct de l’Ouest canadien, pour me dire qu’elle profitait pleinement de sa retraite.

Du soutien sans jugement

Reprenez le pouvoir

Une excellente façon de maintenir le cap dans un processus de changement est de demeurer aussi près que possible de vos valeurs. Quand vous vivez de la confusion, arrêtez-vous un instant et ramenez votre attention à cette unique question : qu’est-ce qui est important pour moi?

Chantal Roy - Travailleuse social (T.S.) | Intermotiv

Apprenons à faire connaissance

Planifiez une première rencontre avec moi.

Décidez de ce qui compte pour vous en fonction des valeurs qui vous sont chères. Pour vous lancez, demandez-vous celles pour lesquelles vous ne feriez aucun compromis (ou presque) et classez le tout par ordre de priorité.

Ça aide à y voir plus clair

Consulter les autres histoires de cas