Deuil d’une relation perdue

L'histoire de Lucie-Anne*

Résumé de la situation de départ

Lucie-Anne* est âgée de 29 ans et elle me consulte en raison d’une rupture qui lui est difficile à encaisser. En effet, elle et son amie de longue date ne se parlent plus depuis plusieurs semaines et cela met Lucie-Anne dans un état d’inconfort où elle se dit obsédée par la perte de la relation.

Elle confie qu’elle y pense en boucle (Qu’aurais-je pu faire autrement? Pourquoi elle ne me répond pas? Comment faire pour l’oublier? Devrais-je demander pardon, renouer ou passer à autre chose?). Elle cherche à comprendre ce qui s’est passé et se dit déstabilisée par le silence de son amie. Elle revoit l’histoire de manière obsessive et se fait des scénarios sans obtenir soulagement à ses tracas. Cela commence à l’empêcher de dormir et évidemment, lui nuit aussi dans ses performances au travail. Lucie-Anne est analyste en finance et n’arrive plus à se concentrer, son patron lui a même reproché son manque d’entrain et ses nombreuses erreurs. Lorsqu’elle m’en parle elle devient émotive et dit se sentir humiliée.

Approche proposée

J’ai tout d’abord remercié Lucie-Anne pour sa transparence et je l’ai félicitée. Comme dans toutes les nouvelles demandes de soutien, j’ai procédé à son évaluation du fonctionnement social pour comprendre le contexte (identification, demande, situation actuelle, besoins, caractéristiques de Mme et de son environnement, opinion clinique et recommandations).

Nous avons discuté des objectifs à atteindre et de ses attentes face à mes services. Je lui ai fait part de ma manière de fonctionner, des outils que je souhaite utiliser et je lui ai parlé des approches sur lesquelles je m’appuie dans mes interventions. Ensemble, nous avons convenu du plan de match et c’est à partir de cela que nous avons établi les bases de notre collaboration. 

Déroulement des interventions

Au départ, elle était envahie d’émotions et nommait son besoin de comprendre. Peu à peu, j’ai pu mettre en place un contexte apaisant qui a permis à Lucie-Anne de se déposer avec plus de recul. Elle était moins envahie dans l’exploration des faits et plus posée dans la recherche de solutions. Elle a pris la décision de contacter son amie et de lui faire part de la démarche entreprise. Son amie lui a aussi fait part de ses réflexions et est demeurée sur sa position de ne plus avoir de contact avec elle.

Lucie-Anne a mal encaissé le revers et elle est tombée au plus bas pendant quelques jours. Ensemble, nous avons pris le temps d’accueillir cette déception. Nous avons exploré la possibilité d’accepter la fin de la relation et les émotions ressenties.

L’énergie a été mise dans les moyens qui sont à sa portée pour aller de l’avant et vivre un deuil favorable à sa reprise de pouvoir devant le non-retour de la relation.

Après 5 rencontres, Lucie-Anne allait mieux. Elle était en mesure de se sentir plus calme et son regard s’est tourné vers des conclusions plus objectives. Elle a revu le tout en fonction de ses valeurs et besoins. Elle continue au rythme d’une rencontre par mois et se dit reconnaissante du travail accompli. Je lui reflète que tout le mérite lui revient!

Mieux comprendre pour diminuer la confusion

Traversez le deuil

Vous expérimentez ces étapes :

1) Choc et déni : état de confusion, en réaction devant l’information où vous refusez l’évidence.
2) Colère : étape douloureuse et délicate à traverser où s’expriment des contradictions internes.
3) Négociation : moment où vous tenter de marchander et débattre face à l’évidence de la perte.
4) Dépression et douleur : phase où la tristesse émotive est à l’avant-plan, si elle perdure, elle doit alerter sur un éventuel état pathologique qui se cristallise.
5) Acceptation : retour de certaines ressources intérieures. La réalité est admise et fait état d’un avant et après.
Chantal Roy - Travailleuse social (T.S.) | Intermotiv

Apprenons à faire connaissance

Planifiez une première rencontre avec moi.

En processus de deuil, vous passez d’une étape à l’autre, parfois en ligne droite mais très souvent de manière chaotique : il y a des retours en arrière possibles et c’est tout à fait normal, ils font partie du cheminement.

je vous encourage

Consulter les autres histoires de cas